Pourquoi éviter de fumer le CBD ?

Le CBD, ou cannabidiol, est une molécule présente dans la plante de cannabis. Contrairement au THC, elle n’a pas d’effets psychoactifs et est donc légale dans de nombreux pays. De plus en plus de personnes se tournent vers le CBD pour soulager divers maux, notamment la douleur chronique, l’anxiété, le stress et les troubles du sommeil. Mais, pourquoi est-il déconseillé de fumer le CBD ? Voici quelques éléments qui vous aideront à mieux comprendre les raisons.

La combustion peut nuire à la santé

La première raison concerne la combustion qui découle de la fumée du cannabis. En effet, lorsqu’on fume le CBD, on inhale également toutes les substances nocives produites par la combustion du tabac et du papier utilisés pour rouler le joint. Parmi ces substances, on compte notamment les goudrons, les substances irritantes et cancérigènes.

Les goudrons

Les goudrons sont des résidus solides issus de la pyrolyse (décomposition chimique provoquée par la chaleur) des matières organiques dans un milieu pauvre en oxygène. Ils contiennent, entre autres, des composés cancérigènes et mutagènes, toxiques pour notre santé. Les goudrons s’accumulent dans nos poumons et peuvent entraîner des maladies respiratoires chroniques telles que la bronchite, l’asthme ou encore le cancer du poumon.

Substances irritantes et cancérigènes

En plus des goudrons, la fumée de cannabis contient de nombreuses substances chimiques potentiellement irritantes et cancérigènes pour notre corps. Parmi elles, on retrouve notamment l’ammoniac, le monoxyde de carbone, le cyanure d’hydrogène et les nitrosamines, qui sont responsables de nombreux effets néfastes sur notre organisme.

Une efficacité réduite du CBD

Le second souci lié à la consommation du CBD par combustion concerne son efficacité. En effet, lorsqu’on chauffe la molécule de cannabidiol, elle peut subir des transformations chimiques qui diminuent ses propriétés médicinales. De plus, comme mentionné précédemment, les substances nuisibles présentes dans la fumée de combustion peuvent également altérer les effets positifs du CBD sur notre organisme.

Les temps d’action du CBD

Lorsqu’on choisit de fumer le CBD, le temps d’action de la molécule est généralement rapide : l’inhalation permet une absorption quasi instantanée des principes actifs par les poumons. Cependant, il faut prendre en compte les éléments cités précédemment sur les risques liés à la fumée, qui peuvent atténuer voire annuler les bienfaits du CBD dans certains cas.

L’influence des températures de combustion

Le cannabis, et donc le CBD contenu dans la plante, est sensible aux variations de température. Pour profiter au maximum des effets bénéfiques du cannabidiol, il est préférable de maîtriser la chaleur lors de sa consommation. Or, en fumant le CBD, cela est quasiment impossible : les températures de combustion fluctuent et peuvent parfois être trop élevées pour permettre une prise optimale de la molécule. Il existe alors des solutions alternatives pour éviter ces risques liés à la combustion du CBD.

Les alternatives à la combustion du CBD

Pour profiter pleinement des bienfaits du CBD sans les dangers liés à la combustion, plusieurs méthodes d’administration sont envisageables :

  • Vaporisation : cette méthode consiste à chauffer le CBD à une température suffisamment élevée pour permettre son inhalation sous forme de vapeur, mais sans combustion. Les températures sont contrôlées grâce à un vaporisateur, ce qui limite les risques d’inhaler des substances nocives.
  • Sublinguale : cette voie d’administration consiste à déposer quelques gouttes ou morceaux de produits riches en CBD (huiles, extraits, cristaux) sous la langue. Les capillaires sanguins situés sur la face inférieure de la langue permettent une absorption directe des principes actifs du CBD, sans passer par l’estomac et le foie.
  • Ingestion : pour consommer du CBD par voie orale, on peut se tourner vers des produits tels que les gélules, capsules ou encore les comestibles (bonbons, chocolats). Cette méthode d’administration a l’avantage de préserver totalement le CBD des températures élevées et de la combustion.
  • Topique : cette méthode consiste à appliquer directement un produit riche en CBD sur la peau (crèmes, baumes, huiles). Elle est particulièrement adaptée pour soulager des douleurs musculaires, articulaires ou cutanées grâce à son action localisée.

En somme, éviter de fumer le CBD permet de profiter pleinement de ses bienfaits thérapeutiques sans mettre sa santé en danger. Alors que la recherche scientifique continue d’étudier et de découvrir les vertus potentielles du cannabidiol, il est judicieux d’adopter des méthodes d’administration plus saines pour assurer un usage sûr et efficace de cette précieuse molécule.

Partagez cet article :

Facebook
Twitter
Pinterest

D'autres news qui peuvent vous plaire