Le CBD lors d’un contrôle routier : tout ce qu’il faut savoir

Le CBD, ou cannabidiol, est une substance extraite de la plante de cannabis dont la popularité ne cesse de croître pour ses bienfaits thérapeutiques et sa relaxation. On le retrouve notamment sous forme d’huiles, de crèmes, de gélules ou encore en vapotage dans les e-liquides. Oui, il s’agit bel et bien d’une molécule issue du cannabis, mais contrairement au THC (tétrahydrocannabinol), le CBD n’est pas considéré comme un psychotrope et se trouve souvent dans un cadre légal. Alors, si vous consommez du CBD, que risquez-vous lors d’un contrôle routier ? Peut-il être détecté par des tests salivaires ? Voici quelques éléments de réponse.

Tests salivaires : quels résultats pour le CBD ?

Les forces de l’ordre réalisent régulièrement des contrôles routiers pour vérifier si les conducteurs ont consommé des substances psychotropes susceptibles d’altérer leurs capacités à conduire. Pour ce faire, elles utilisent généralement des tests salivaires qui permettent de détecter rapidement la présence de stupéfiants dans l’organisme.

Comment fonctionnent les tests salivaires ?

Les tests salivaires consistent à prélever un échantillon de salive de la personne contrôlée. Cet échantillon est ensuite analysé à la recherche de traces de différentes substances, dont le cannabis. Ces tests sont très rapides et peuvent donner un résultat en quelques minutes seulement.

Le CBD, une substance détectable par les tests salivaires ?

En réalité, les tests salivaires ne cherchent pas la présence de CBD spécifiquement, mais plutôt du THC. Le THC est la molécule responsable des effets psychotropes du cannabis, tandis que le CBD n’a pas ces mêmes effets. Ainsi, il est possible qu’un consommateur régulier de CBD pur ne soit pas détecté lors d’un dépistage salivaire, même si cela reste rare dans la mesure où les produits à base de CBD contiennent souvent une petite quantité de THC (légalement inférieure à 0,2 % en France).

D’autres méthodes pour détecter le CBD dans l’organisme

Bien que les tests salivaires ne permettent pas de détecter spécifiquement la consommation de CBD, il existe d’autres méthodes pour vérifier sa présence dans l’organisme, telles que la prise de sang ou l’analyse d’urine.

La prise de sang

Une prise de sang peut révéler la présence de CBD dans l’organisme. Toutefois, cette méthode pose plusieurs problèmes :

  • Elle nécessite un prélèvement sanguin, ce qui est plus invasif et désagréable pour la personne contrôlée ;
  • Les résultats ne sont pas immédiats et exigent une analyse en laboratoire, ce qui représente un coût supplémentaire et un délai d’attente pour la personne contrôlée.

De ce fait, la prise de sang n’est pas utilisée systématiquement lors des contrôles routiers. Elle est généralement réservée aux cas où le test salivaire s’est révélé positif, afin de confirmer la présence de stupéfiants dans l’organisme et d’en évaluer la concentration.

L’analyse d’urine

L’analyse d’urine permet également de détecter la présence de CBD dans l’organisme. Comme la prise de sang, il s’agit d’une méthode invasives et peu pratique lors d’un contrôle routier. De plus, cette technique nécessite souvent un prélèvement d’urine en laboratoire, représentant là aussi un coût supplémentaire et un délai.

Peut-on être sanctionné pour la consommation de CBD au volant ?

En France, la consommation de CBD est légale. Toutefois, cela ne signifie pas que vous êtes totalement protégé si vous vous faites contrôler au volant après avoir pris du CBD :

  • La présence de THC (même inférieure à 0,2 %) dans les produits à base de CBD peut entraîner un dépistage positif et une sanction ;
  • Tout conducteur doit être capable de conduire en toute sécurité, et si les forces de l’ordre jugent que votre état de santé ou votre comportement est altéré par la prise de CBD, ils peuvent décider de prendre des mesures.

Comment réduire les risques lors d’un contrôle routier ?

Pour éviter tout problème lors d’un contrôle routier, voici quelques conseils :

  • Évitez de consommer trop grande quantité de produits à base de CBD avant de prendre le volant ;
  • Assurez-vous que les produits que vous utilisez respectent la législation française, notamment en termes de teneur en THC autorisée (moins de 0,2 %) ;
  • Si vous êtes régulièrement contrôlé et que vous consommez du CBD, n’hésitez pas à discuter avec un professionnel de santé ou un pharmacien pour être sûr de ne pas compromettre votre capacité à conduire.

N’oubliez pas que chaque individu est différent et que les effets du CBD peuvent varier en fonction de la personne. Il appartient à chacun d’être responsable et vigilant sur sa propre capacité à conduire en toute sécurité.

Partagez cet article :

Facebook
Twitter
Pinterest

D'autres news qui peuvent vous plaire